Coronavirus : quel impact sur ma mobilité ?

Le 20 mai 2020

FAQ - Toutes les questions que vous vous posez sur votre mobilité.

JE SUIS EN MOBILITE A L’ETRANGER. QUE DOIS-JE FAIRE ?

Les informations suivantes proviennent de sources ministérielles et du site du Gouvernement.

Tous les ressortissants français actuellement à l’étranger doivent solliciter les services diplomatiques et consulaires des pays où ils séjournent. Afin de faciliter ces contacts, il est vivement recommandé à tous les étudiants français à l’étranger de s’inscrire via l’application ARIANE afin d’être en contact avec les consulats et de recevoir les informations pertinentes. Afin d’assurer le meilleur suivi possible des étudiants, les établissements sont invités à contacter leurs étudiants à l’étranger et d’assurer un relais auprès des services consulaires.

 

JE SOUHAITE REVENIR EN FRANCE OU RETOURNER DANS LE PAYS D’ACCUEIL DE MA MOBILITE. COMMENT FAIRE ?

Les participants Erasmus+ qui souhaiteraient revenir en France ou retourner dans le pays d’accueil de leur mobilité peuvent s’informer sur :

 

QU’EN EST-IL DE MA BOURSE ET DES FRAIS NON PREVUS ?

Concernant la prise en charge de dépenses supplémentaires imprévues liées à la pandémie, nous vous invitons à vous renseigner auprès des établissements et organismes d’envoi.
Les informations suivantes proviennent du site de la Commission Européenne (consultez la FAQ de la Commission européenne ici).

J’étais en mobilité Erasmus+ dans un autre pays, mais j’ai dû rentrer chez moi. Est-ce que je peux conserver ma bourse ?
 
  • Si vous êtes de retour dans votre pays mais a) vous avez encore des dépenses directement et exclusivement liées à votre séjour dans le pays de destination, comme le loyer et l’électricité et/ou b) vous participez à un apprentissage virtuel ou à d’autres activités virtuelles (si l’établissement ou l’organisation du pays de destination les a mises à disposition, en remplacement des activités initialement prévues), alors oui, vous pouvez conserver votre bourse.
  • En outre, vous pouvez obtenir le remboursement des frais de voyage supplémentaires que vous avez pu engager. Vous devez vous en assurer auprès de votre institution/organisation d’envoi (sous réserve de la disponibilité de fonds Erasmus + supplémentaires à la disposition de l’organisation pour votre activité).
  • Si vous ne continuez pas à avoir des dépenses dans le pays de destination, vous devrez peut-être rembourser la partie de la bourse couvrant la période entre la date de retour effectif et la date de fin initialement prévue.
J’ai participé à Erasmus+ dans un autre pays, mais mon cours ou mon stage a été annulé en raison de la fermeture de l’établissement. Je suis resté.e dans mon pays de destination. Puis-je conserver ma bourse ?
 
  • Si vous restez dans le pays de destination et a) que vous avez encore des dépenses directement et exclusivement liées à votre séjour dans ce pays, comme le loyer et l’électricité et/ou b) que vous participez à des activités d’apprentissage virtuel (si l’établissement du pays de destination les a proposées comme alternative aux activités initialement prévues), alors oui, vous pouvez conserver votre bourse.
  • En outre, vous pouvez recevoir une subvention supplémentaire pour couvrir la période supplémentaire, au-delà de ce que vous aviez prévu initialement, pendant laquelle vous avez dû séjourner à l’étranger en raison de l’épidémie de Covid-19. Cette possibilité doit néanmoins être vérifiée auprès de votre institution (sous réserve de la disponibilité de fonds Erasmus + supplémentaires à la disposition de l’organisation pour votre activité).
J’avais prévu de partir en mobilité Erasmus+ dans un autre pays, mais j’ai dû annuler avant le départ à cause de l’épidémie de Covid-19. J’avais déjà payé mon billet d’avion et une partie de mon logement. Puis-je conserver le préfinancement que j’ai reçu pour cela ?
 
  • Si vous avez payé des frais de voyage liés à la mobilité prévue, par exemple un billet d’avion que vous n’avez jamais utilisé et qui n’a pas pu être remboursé, vous pouvez recevoir la subvention pour frais de voyage, chaque fois que les règles de financement de l’action prévoient un soutien financier pour le voyage.
  • Si l’action ne le prévoit pas, vous avez le droit de conserver ou de recevoir la partie du préfinancement qui correspond aux frais encourus. Vous pouvez également obtenir un remboursement des frais de réservation de l’hébergement. Vous devez vérifier auprès de votre institution/organisation d’envoi (sous réserve de la disponibilité de fonds Erasmus+ supplémentaires à la disposition de l’organisation pour votre activité).

 

QUELLES MOBILITES POUR LA RENTREE 2020 ?

Les frontières internes à l’espace Schengen ont rouvert : il y aura donc des départs possibles dès la rentrée de septembre 2020.

Retrouvez ici le témoignage de Margaux, étudiante en droit, qui doit suivre une partie de l’année universitaire 2020/2021 à l’Université de Poznan, en Pologne.

Néanmoins, les séjours étudiants en Europe risquent d’être perturbés puisque certaines universités privilégieront les cours en ligne. Une option qui ne sera pas retenue par la majorité des établissements européens qui optera davantage pour une mixité cours en présentiel – cours en ligne. Cette piste laisse toute sa place à la nouvelle formule du programme Erasmus + : les mobilités hybrides. Il s’agit de mobilités physiques plus courtes – d’une durée minimum de deux mois, comme le prévoit contractuellement le programme – combinées avec des échanges virtuels consistant en des cours en ligne, parfois même en une coopération virtuelle entre les étudiants. 

Recommandations pour les mobilités physiques : les étudiants qui envisagent en septembre un départ dans l’UE ou hors UE doivent vérifier qu’un avis défavorable n’ait pas été émis par le ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation et que le pays d’accueil ne soit pas considéré par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères comme une zone à risque, en particulier pour l’infection à SARS-CoV-2 (Covid19). Il leur est par ailleurs recommandé de réserver des billets d’avion/train modifiables et remboursables, et de souscrire à une assurance rapatriement et à une complémentaire santé couvrant les risques et les dépenses liés aux pandémies.

 

QUELQUES INITIATIVES SOLIDAIRES

Les bénévoles d’Erasmus Student Network se mobilisent dans tous les pays pour aider les étudiants à gérer les conséquences du COVID-19 sur leur mobilité. Pour lutter contre l’isolement des étudiants, ESN France propose des activités collectives sur une plateforme en ligne.
N’hésitez pas à contacter votre section ESN locale pour plus d’informations.

 

Les Missions Locales ont créé un espace de partage en ligne pour les jeunes confinés à l’étranger, regroupant une bibliothèque, des visites virtuelles de musée, deux radios, des informations sur le COVID-19, des cours de sport ou encore des jeux en libre accès.

 

ATTENTION AUX FAUSSES INFORMATIONS

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, une épidémie de « fake-news » se propage sur internet. Certaines peuvent se révéler dangereuses pour la santé publique.
Afin de mettre un terme aux fausses informations et répondre aux idées reçues les plus répandues sur l’Europe, la Représentation de la Commission européenne a créé un dossier des Décodeurs de l’Europe spécial Coronavirus, mis à jour quotidiennement.

 

LA RÉOUVERTURE PROGRESSIVE DES FRONTIÈRES AUX ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX

A partir du 15 juin 2020, la France lève les restrictions de circulation à ses frontières intérieures européennes. Cela concerne l’entrée sur le territoire français des personnes en provenance de pays de l’espace européen (États membres de l’Union européenne ainsi qu’Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Suisse et Vatican).

Des restrictions continueront de s’appliquer avec le Royaume-Uni : les voyageurs en provenance du Royaume-Unis seront invités à effectuer un confinement de quatorze jours à leur arrivée en France. En revanche, les restrictions d’entrée sur le territoire français sont levées.

A compter du 1er juillet 2020, La France procédera à une ouverture progressive des frontières extérieures, au-delà de l’espace Schengen. Les étudiants internationaux seront donc autorisés, quel que soit leur pays d’origine, à venir en France et les modalités de leur accueil seront facilitées. Le traitement des demandes de visas et de titres de séjour des étudiants internationaux sera prioritaire.

 

Autres actualités